Dr Vincent Hunsinger - 7 rue Bayard Paris 8e

Horaires d’ouverture : Lundi au samedi - 9h à 19h
  Telephone : 0142251631

Pourquoi éviter les injections de Botox pendant la grossesse et l’allaitement ?

Les injections de Botox sont reconnues comme étant très sûres. Toutefois, les médecins et les chirurgiens esthétiques recommandent de ne pas recourir à ce type de traitement durant la grossesse, voire l’allaitement. Lumière sur cette mesure préventive.

Qu’est-ce que le Botox et comment fonctionne-t-il ?

Le Botox est un médicament injectable à base de toxine botulique de type A hautement purifiée. Sa visée médicale est de paralyser temporairement les muscles pour traiter un certain nombre de conditions médicales, telles que les migraines sévères, l’hypersudation, l’incontinence ou les fuites d’urine, les troubles du tractus gastro-intestinal comme le syndrome du côlon irritable, les spasmes des paupières, du cou et des épaules, ou encore pour traiter les conditions provoquant une raideur musculaire intense.

Bien sûr, le Botox a été rendu populaire grâce à son action sur les rides et ridules du visage. Lorsqu’il est utilisé de manière esthétique, le Botox est injecté dans des muscles spécifiques du visage et du cou, les obligeant à se détendre, ce qui conduit à la réduction de l’apparence des rides, des ridules, des pattes d’oie, des rides du front et des rides du lion.

Le Botox semble rester actif dans le corps ou dans la zone cible pendant 4 à 6 mois avant d’être métabolisé et éliminé naturellement par le corps.

Pourquoi les médecins esthétiques recommandent l’arrêt des injections de Botox pendant la grossesse ou l’allaitement ?

Les injections de Botox sont réputées sûres et, à ce jour, aucune preuve de leur transfert de la mère à l’enfant n’a jamais été signalée. Cependant, les injections de Botox contiennent des neurotoxines qui peuvent être dangereuses à fortes doses ou pour les personnes allergiques à ce type de produit.

La maladie ou l’infection causée par les toxines botuliques est appelée botulisme. Le botulisme peut mettre la vie en danger, en particulier chez les femmes enceintes, les nourrissons, les immunodéprimés ou les personnes souffrant de troubles gastro-intestinaux.

Il est difficile de savoir comment les charges cosmétiques affectent les fœtus et les nourrissons allaités. Ainsi, dans la plupart des cas, les médecins esthétiques recommandent d’éviter de subir des interventions esthétiques qui impliquent des agents tels que le Botox durant la grossesse ou l’allaitement.

Quelles sont les alternatives au Botox durant la grossesse et l’allaitement ?

Quelques alternatives médicales potentielles aux injections de Botox incluent entre autres :

  • les peelings doux (superficiels),
  • les crèmes sur ordonnance contenant du rétinoïde (vitamine A), de la vitamine C, de la trétinoïne, de l’acide alpha-hydroxylé comme l’acide glycolique utilisé dans les peelings, ou encore de l’acide N6-Furfuryladénine (kinétine),
  • l’acuponcture…