Dr Vincent Hunsinger - 7 rue Bayard Paris 8e

Horaires d’ouverture : Lundi au samedi - 9h à 19h
  Telephone : 0142251631

Les réseaux sociaux influencent les interventions de médecine esthétique anti-âge

reseux sociaux chirurgie esthétique

En 10 ans, le marché de la médecine esthétique a doublé et les moins de 35 ans sont toujours plus nombreux à franchir le pas des injections anti-âge, comme le Botox, l’acide hyaluronique ou encore les skinboosters. En cause, certainement l’influence des applications telles que Snaptchat ou Instagram qui permettent en quelques secondes de magnifier un visage grâce aux filtres numériques.

Les moins de 35 ans devancent les plus de 55 ans dans les cabinets de médecine esthétique

Force est de constater que la fréquentation des cabinets et centres de médecine esthétique s’est considérablement accrue au cours de ces dernières années, portée par l’évolution des techniques. Alors que les interventions anti-âge demeuraient autrefois plutôt dans le cercle des personnes de plus de 55 ans, elles sont de plus en plus plébiscitées par celles de moins de 35 ans, lesquelles sont désormais deux fois plus nombreuses que leurs aînées à y recourir.

Les injections d’acide hyaluronique et les skinboosters s’imposent aujourd’hui comme des solutions privilégiées et tout à fait acceptables à 30 ans pour réhydrater la peau en profondeur. Les injections de botox permettent d’éviter la constitution de rides du front difficiles à traiter ultérieurement. Cependant, parfois, cela peut aller plus loin et viser des attentes irréalistes pour une population qui, par définition, n’a pas encore besoin d’interventions anti-âge plus lourdes.

Snapchat et Instagram remettent en cause l’estime de soi

Les filtres Snapchat et Instagram lissent notre peau, repulpent nos lèvres et font même paraître nos yeux plus grands, ce qui correspond tout à fait aux normes de beauté actuelles de la société occidentale. Si d’un côté, cela peut paraître amusant, il existe un véritable danger.

En effet, chez certaines personnes, ces applications et filtres peuvent nuire à leur image de soi et conduire à des problèmes psychologiques, tels le trouble dysmorphique du corps, un trouble de l’image corporelle caractérisé par des préoccupations persistantes et intrusives de l’apparence. Et il n’est pas rare que certaines patientes apportent des selfies filtrés à leur chirurgien pour illustrer ce qu’elles cherchent à atteindre.

Restez réaliste

Heureusement, dans l’ensemble, les gens sont davantage préoccupés par la taille de leurs pores et la texture et la couleur de leur peau, ce que les filtres corrigent assez bien. Des procédures telles que les injections d’acide hyaluronique, de toxine botulique, les skinboosters, les peelings chimiques et autres skin tightening répondent parfaitement à cette demande, de manière sûre, efficace et surtout adaptée à des trentenaires.

Quoi qu’il en soit, le plus important lors de l’examen de toute procédure cosmétique est de penser de manière rationnelle et réaliste. Le choix du chirurgien esthétique est crucial dans cette démarche. Il saura vous conseiller et vous orienter, selon votre âge, vers les procédures les mieux adaptées.